Aujourd'hui nous sommes le mardi 16 avril 2019. C'est la fête de Saint Honore.


Facebook

Home » Petites nouvelles » Un resto huppé fait dans la "ségrégation faciale".
 

Un resto huppé fait dans la "ségrégation faciale".

Facial segregation in chic restaurant

 

Des clients placés en fonction de leur apparence ???

Le très chic restaurant Georges du Centre Pompidou à Paris  aurait donné comme consigne à son personnel d'installer les clients beaux devant, les moches derrière.

D'après le point.fr, le restaurant Georges du Centre Pompidou ferait dans la "ségrégation faciale". Suite à un témoignage recueilli au Canard enchaîné, une ancienne hôtesse de l'établissement aurait balancé que la direction de l'établissement accorderait une importance particulière à la beauté de ses clients. Au point qu'elle exigerait de son personnel qu'il place les physiques agréables "en vitrine" et les moches au fond, pour une question "d'image". Le restaurant, délimité par des baies vitrées au sixième étage du musée, est offert à la vue des visiteurs qui passent.

Click here for more about the restaurant.  Check its menus out here.

Deux anciennes serveuses ont révélé au journal satyrique le Canard Enchaîné que les frères Thierry et Gilbert Costes, qui possèdent ces deux établissements ainsi que d’autres cafés, restaurants, hôtels et cinéma de la capitale française, avaient demandé à leur personnel de réserver les meilleures places aux clients les plus séduisants : « Ceux qui sont séduisants sont menés aux bonnes places, d’où l’on peut facilement les voir », ont-elles expliqué. « Et pour les moins beaux, il est important de les répartir dans les coins de la pièce ».

Lorsque les serveuses ne se conformaient pas à ces procédures discriminatoires, on leur reprochait d’avoir rendu des clients laids visibles dès l’entrée du restaurant. « C’est mauvais pour notre image », leur disait-on.

En revanche, la « règle » ne s’appliquait pas aux vedettes, qui avaient accès aux meilleures tables, quelque soit leur physique. Et les patrons avaient même trouvé une façon ingénieuse de résoudre le problème des réservations par téléphone. Le personnel avait pour consigne de répondre « Nous verrons ce que nous pourrons faire, mais nous ne pouvons rien vous promettre ».

Les serveuses elles-mêmes avaient été choisies pour leur plastique : « Ce n’est pas la peine de postuler pour celles qui n’ont pas un physique de mannequin et qui ont plus de 30 ans », ont-elles commenté. L’une d’elle avait même eu des reproches parce qu’elle « ne montrait pas assez sa poitrine ».

Le porte-parole des frères Costes a indiqué au Daily Telegraph qu’ils ne souhaitaient pas commenter ces allégations.