Aujourd'hui nous sommes le mardi 25 juin 2019. C'est la fête de Saint Prosper


Facebook

Home » Petites nouvelles » Prêts à travailler le dimanche
 

Prêts à travailler le dimanche

Ready to work on Sunday

 

D’après un récent sondage* les Français seraient désormais prêts à travailler le dimanche. Si le débat ne cesse de revenir sur le tapis, les solutions continuent de se faire attendre… Et vous, avez-vous changé d’avis sur la question ?

SONDAGE : Seriez-vous prêt à travailler le dimanche ?

  • Oui
  • Non

VOTEZ

33 % des salariés seraient prêts à travailler quelques dimanches payés double. « Fait nouveau, pour gagner plus, les salariés sont maintenant prêts à travailler plus, alors que ce thème semblait encore délicat il n’y a pas si longtemps », rappelle le sociologue Ronan Chastellier. «La corrélation semble établie dans les esprits entre l’importance de l’effort et la rétribution ».

 

Une évolution des mentalités ?

En 2008, une étude réalisée par le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), montrait que la plupart des interrogés considéraient que le temps d'ouverture des commerces était déjà suffisant. Ils ne voyaient pas l’utilité d’ouvrir les magasins le dimanche. 

 

Mais le problème semble s’être déplacé… si auparavant, on voulait préserver le caractère « sacré » du dimanche et le consacrer à la sphère intime, familiale et sociale, désormais, on pense surtout à son salaire ! 

 

En effet, (et on les comprend !) 86 % des salariés, du privé comme du public considèrent le niveau de salaire comme un critère important. Et parmi différents avantages que l’entreprise peut proposer (augmentation de salaire, véhicule de fonction, titres restaurant, mutuelle, mise en place d’une crèche, etc.), ils sont 71 % à préférer une augmentation de salaire.

 

Que dit la loi ?

Contrairement à une idée reçue, le travail le dimanche n’est pas toujours payé double. Parfois les salariés n’ont même pas de contrepartie financière mais un simple jour de repos accordé par roulement (sauf disposition contractuelle ou conventionnelle plus favorable). C’est par exemple le cas pour le travail en continu (C. trav., art. L. 3132-14) ou pour les dérogations au travail le dimanche liées aux contraintes de production ou aux besoins du public (C. trav., art. L. 3132-12)

 

Et vous qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à travailler le dimanche ? A quelles conditions ? Le salaire est-il le critère le plus important dans votre travail ?

 

*Sondage des Editions Tissot réalisé par Opinion Way, du 19 au 27 mars 2014, auprès de 1.050 salariés d’entreprises privées et publiques