Aujourd'hui nous sommes le lundi 8 août 2022. C'est la fête de Saint Dominique


Facebook

Home » Trucmucheries » Ernest et Celestine
 

Ernest et Celestine

Animated cartoon

 

Contact Rialto Tauranga for screening dates and times.

Normally speaking, bears live above ground and mice live below, and they don’t get along at all. Brought together by chance, young Celestine, a plucky little mouse trying to avoid a career in dentistry, and grumpy Ernest, a big bohemian bear, form an improbable friendship. The two soon overcome their natural enmity by celebrating self-expression, living as outcasts on the run and creating la vie boheme in a winter cottage. But it isn’t long before their friendship is put on trial by their respective bear-fearing and mice-eating communities.

Dans le monde conventionnel des ours, il est mal vu de se lier d’amitié avec une souris. Et pourtant, Ernest, gros ours marginal, clown et musicien, va accueillir chez lui la petite Célestine, une orpheline qui a fui le monde souterrain des rongeurs. Ces deux solitaires vont se soutenir et se réconforter, et bousculer ainsi l’ordre établi.

Cliquez ici pour la bande annonce sous-titree en anglais.

Critiques

Ce sont de magnifiques dessins animés que nous avons là. Et français qui plus est ! Les dessins sont sublimes et l'animation hyper novatrice, mais le must, c'est que c'est un excellent film à double lecture pour enfants ainsi que pour les plus grands, dans une superbe histoire d'amitié. Je le conseille.

Première toile pour mes enfants et heureuse qu'il découvre le cinéma de cette façon : douceur et poésie des aquarelles, personnages attachants, émotion, intelligence, dialogues de qualité, histoire avec plusieurs degré de lecture... On a vraiment beaucoup aimé.

"Ernest et Célestine" est ni plus ni moins une petite merveille de film d'animation complètement fidèle à l'esprit du célèbre album de jeunesse du même nom ! Ne boudons pas notre plaisir devant la magie qui opère dès les premiers instants par ce beau trait de crayon et ces magnifiques couleurs aquarellées... De plus, l'histoire est très belle même si elle est plutôt effrayante au départ en révélant une impressionnante surveillante de dortoir et un ours mal léché qui va devenir l'adorable et fantasque Ernest aux multiples facettes... Célestine en petite souris délurée est pétillante à souhait et a ce qu'il faut d'impertinence pour nous charmer. Mais c'est avant tout ces deux sociétés de souris et d'ours qui se vouent une haine terrible en vivant sous et sur la terre qui se révèle intéressante ! Nos deux héros vont donc braver les interdits et faire fi de la bonne conduite pour vivre en fugitifs dans une adorable maison à la campagne en défiant les polices d'en haut et d'en bas ! Petits et grands y trouveront donc chacun leur compte et ressortiront de la salle enchantés...

Click here for the explanation of Celestine's pre-destined dentistry career.

And here's Peter Calder's review from the Herald.

The Franco-Belgian animated hit returns from the film festival in an English-language version that possibly plays better than the original, thanks to excellent voicing by a top-flight cast.

Based on the children's books by Belgian writer and illustrator Gabrielle Vincent, published in the latter years of last century, the film tells the story of the boundary-stretching partnership between the bear and the mouse of the title. Theirs is an improbable alliance not just because of species difference but because the bears who live above ground and the mice who live below ground revile each other and are forbidden to fraternise.

The mouse world has a preoccupation with dentistry, which may seem weird, even borderline-Freudian, until we learn that the French equivalent of a tooth fairy is a mouse. Celestine is sent into the bear world on the lookout for cubs' lost teeth, where things go badly wrong. She befriends the lonely hangdog Ernest, a would-be one-bear band.

In an era when Disney and Pixar's state-of-the-art digital effects have remade the animation landscape, it is heart-warming to see old-school hand-drawn work and the sense of wistful nostalgia is underlined by the fact that Celestine is a keen cartoonist.

There's a decent subtext, too, about tolerance for difference and sticking up for one's mates, though parents should be warned: if your kids can't giggle with delight at the idea of being eaten by a bear, they may be too young for this. Recommended.