Aujourd'hui nous sommes le mercredi 10 août 2022. C'est la fête de Saint Laurent


Facebook

Home » Petites nouvelles » Les histoires à morale
 

Les histoires à morale

Stories with a moral

 

PINOCCHIO – Menacer des enfants à travers des histoires est peu efficace

Mentir, c'est mal. Combien de fois a-t-on entendu ce refrain dans notre enfance ? Illustré, souvent, par un conte aux personnages hauts en couleur avec, à la fin, l'inéluctable morale, qui récompense les "gentils" et punit les "méchants". L'objectif : montrer de manière ludique ce qui est bien et ce qui ne l'est pas.

Mais, est-ce vraiment efficace ? Pas vraiment, si l'on en croit l'étude publiée dans la revue Psychological Sciencerelève le Huffington Post. Des chercheurs canadiens des universités de Toronto, de McGill et de Brock se sont demandé quel impact avaient les morales des contes sur le comportement des enfants. Pour cela, ils ont choisi de tester leur honnêteté, après leur avoir lu l'une de ces quatre histoires :

  • Le Lièvre et la Tortue : une histoire sans rapport avec la vérité ni le mensonge
  • Pinocchio : l'histoire d'un enfant dont le nez s'allonge quand il ment
  • Le Garçon qui criait au loup : l'histoire d'un enfant qui ment tout le temps, affirmant avoir vu un loup ; un jour, un loup arrive et plus personne ne le croit ; l'enfant est dévoré
  • George Washington et le cerisier : l'histoire d'un enfant qui coupe un cerisier à la hache ; lorsque son père lui demande de lui dire la vérité, il avoue et n'est pas puni, mais il sait qu'il doit désormais être honnête.

Ensuite, un chercheur entame un jeu de devinette avec un enfant, placé dos à une table, sur laquelle il a posé un jouet qui émet des sons facilement identifiables. Il lui demande de deviner quel est le jouet. Une fois que l'enfant a deviné, il en met un autre, qu'il prend soin de cacher, avant de laisser l'enfant seul une minute. A son retour, le chercheur lui dit, selon l’histoire qu'il lui a lue :

  • Le Lièvre et la Tortue "Je vais te poser une question, et je veux que tu me dises la vérité, d'accord ?"
  • Pinocchio :  "Je vais te poser une question, et je ne veux pas que tu sois comme Pinocchio. Je veux que tu me dises la vérité, d'accord ?"
  • Le Garçon qui criait au loup "Je vais te poser une question, et je ne veux pas que tu sois comme le garçon qui criait au loup. Je veux que tu me dises la vérité, d'accord ?"
  • George Washington et le cerisier "Je vais te poser une question, et je veux que tu sois comme George Washington dans l'histoire. Je veux que tu me dises la vérité, d'accord ?"

Avant de lui demander : "Est-ce que tu t'es retourné et as jeté un œil au jouet pendant que je suis parti ?"

Surprise : seulement un tiers de ceux qui se sont retournés, et à qui on a lu une histoire dans laquelle les menteurs étaient punis (Pinocchio ou Le Garçon qui criait au loup) – ou l'histoire qui n'a rien à voir avec le mensonge (Le Lièvre et la Tortue) – ont avoué avoir triché. En revanche, la moitié des enfants qui s'étaient retournés et à qui l'on avait lu l'histoire de George Washington, qui n'est donc pas puni, ont avoué avoir menti.

"A priori donc, menacer l'enfant à travers des histoires n'est pas une super-tactique. Pour le vérifier, les chercheurs ont reproduit la même expérience, mais en changeant l'issue de l'histoire de George Washington. A la fin, son père lui confisque sa hache et lui dit qu'il est très déçu. Cette fois, seuls 30 % des enfants vont avouer s'être retournés, soit à peu près le même taux que pour les autres histoires", poursuit le Huffington Post.

Morale de l'étude : si vous voulez que vos enfants soient honnêtes, montrez-leur plutôt les bienfaits de la vérité plutôt que de les menacer d'une punition.

Etude menée sur 228 enfants, âgés de 3 à 7 ans.

www.lemonde.fr