Aujourd'hui nous sommes le vendredi 20 mai 2022. C'est la fête de Saint Bernardin


Facebook

Home » Trucmucheries » La Vénus à la fourrure
 

La Vénus à la fourrure

Venus in Fur

 

Alone in a Paris theater after a long day of auditioning actresses for his new play, writer-director Thomas (Amalric) complains that no actress he's seen has what it takes to play the lead female character: a woman who enters into an agreement with her male counterpart to dominate him as her slave. Thomas is about to leave the theater when actress Vanda (Seigner) bursts in, a whirlwind of erratic - and, it turns out, erotic - energy. At first she seems to embody everything Thomas has been lamenting. She is pushy, foul-mouthed, desperate and ill-prepared - or so it seems. When Thomas finally, reluctantly, agrees to let her try out for the part, he is stunned and captivated by her transformation.

Click here for the trailer subtitled in French 

Synopsis et détails

Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n’a l’envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d’énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c’est avec stupéfaction qu’il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s’est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par cœur. Alors que l’« audition » se prolonge et redouble d’intensité, l’attraction de Thomas se mue en obsession…

Cliquez ici pour la bande annonce en francais 

Critiques

J'ai vu un film... d'une immense ambition mené de main de Maître par un Roman Ploanski très en verve et servi par un duo hors-pair... Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric sont éblouissants, et tellement prodigieux, que le film en est renversant. La réalisation est subtile, fine et nous emmène dans les méandres d'une relation ambiguë entre un homme/metteur en scène et une femme mystérieuse tour-à-tour amante, aimante, comédienne, manipulatrice et tellement crédible tout au long de ce huis-clos. Il faut vraiment voir comment se nouent les relations entre les 2 protagonistes et comment se nouent les liens qu'ils tissent et qui vont les entraver pour mieux libérer leur sensualité, leur émotivité, leur attirance... Ce qui est particulièrement réussi, c'est saut d'une séquence à une autre où les personnages sont à tour de rôle poussé dans leur retranchement... La lumière de ce film est une réussite, tout comme la bande originale.

Aimez vous les Huit clos entre deux acteurs magnifiques? Si oui, allez voir "La Vénus à la fourrure". Mathieu Amalric et l'enivrante Emmanuelle Seigner rivalisent singulièrement dans un jeu d'acteur qui frise la perfection. Le scénario quant à lui, monte très rapidement en puissance pour que très vite nous ne sachions plus si Polanski parle de théâtre ou de la vie de ses acteurs . Troublant, tourbillonnant, époustouflant... Seul quelques petites longueurs au 3/4 du film auraient pu être évitées.