Aujourd'hui nous sommes le lundi 20 mai 2019. C'est la fête de Saint Bernardin


Facebook

Home » Trucmucheries » Dessine-moi un vélo
 

Dessine-moi un vélo

Draw me a bike

 
12 juillet 2012, par Olivier Razemon

Dessine-moi un vélo

A quoi ressemble un vélo ? Deux roues, un cadre, une selle et un guidon, non ? Rien de plus simple, et pourtant, les graphistes ne sont pas tous d'accord. D'un pays à l'autre, les bicyclettes représentées sur les panneaux routiers ou dessinées sur la voie publique présentent de fortes différences. Un détail, la forme de la selle ou le couvre-chef du cycliste, traduisent le regard porté ici ou là sur cet outil quotidien. Voyez plutôt.

1. Zurich, un beau pochoir. C'est un dessin simple et efficace, un peu commel'image que l'on se fait parfois de la Suisse. Un vélo aux traits réguliers, peint en jaune sur le sol pour indiquer que les cyclistes sont les bienvenus dans cette rue du centre de Zurich. Remarquez le pédalier et le dérailleur, parfaitement reproduits. La selle, large et confortable, prouve qu'il s'agit bien d'un vélo de ville.

 

2. Amsterdam, le vélo hollandais. Personne ne s'en étonnera, aux Pays-Bas, on dessine un vélo avec un pédalier... hollandais. Ce logo gravé dans un pavé sur une piste cyclable rappelle que la majorité des Néerlandais choisissent une monture locale. Remarquez  les gardes-boue, indispensables pour rouler dans les flaques d'eau de pluie.

3. Paris, le vélo loisir. Ce logo est connu des usagers des transports parisiens. Dans certaines voitures du RER, on peut emporter son vélo. La monture très stylée, dotée d'une selle effilée et d'une double barre centrale mais dépourvue de gardes-boue, semble conçue pour les promenades en forêt davantage que pour les trajets urbains. L'image souligne cruellement qu'en France, on ne considère toujours pas la bicyclette comme un moyen de déplacement à part entière.

4. Luxembourg, un humain stylé.Quelques courbes tracées artistiquement sur un fond bleu, et le tour est joué. A Luxembourg, capitale du grand-duché, le graphiste était inspiré. On ne représente pas seulement un vélo, mais aussi l'humain qui s'en sert. Remarquez les trois cercles, les roues et la tête du cycliste, qui semblent se répondre.

5. Boston, le casque. Aux Etats-Unis aussi, on choisit un un être humain. Pour une raison simple : il convient de le doter d'un casque, cet attribut que la société américaine semble considérer comme indispensable pour rouler à vélo. Son couvre-chef donne au bonhomme un petit côté "Chinois prenant sa pause dans un champ au temps de Mao". Le vélo en lui-même a quasiment disparu, symbolisé par les deux seules roues. Notez enfin l'usure de la peinture, ce qui révèle une piste cyclable très utilisée. Ou rarement entretenue.

 

6. Berlin, la casquette. Sur les pistes de l'ancien aéroport de Tempelhof transformé en parc (à lire ici), on a remplacé les avions par des vélos. Le cycliste est apparemment un homme, mâchoire carrée, cuisses fermes et chaussures pointues. Purement viril mais sur fond rose. Notez la casquette qui le fait un peu ressembler à Willy Brandt.

7. Au Liban, la plaque rouillée. Ce panneau métallique est curieusement poséau bord d'un ravin, quelque part dans la montagne, au nord de Beyrouth. Il s'agit d'un recyclage. Auparavant, si l'on en croit le rectangle légèrement penché que l'on devine derrière le cadre, le panneau était un sens interdit. Quelques traces de peinture rouge émergent ci et là. Enfin, au Liban, le ciel est en général parfaitement bleu.

 

8. Verbier, le mountain bike.Dans cette chic station de Suisse francophone, on dévale ou on monte à vélo des pentes que les skieurs chevronnés ne renieraient pas. Le cyclisme est ici clairement un sport, pratiqué avec une casquette à l'envers et un sac à dos souple de randonneur. La monture semble se cabrer sous l'effet de la vitesse.

9. Copenhague, juste un trait. Dans la capitale du Danemark, où 37% de lapopulation se déplace quotidiennement à vélo, le cyclisme est un moyen d'aller vite. Et puis c'est tout. Le cycle n'est pas dessiné de profil, comme un objet que l'on expose, mais de face, exactement comme lorsqu'on symbolise une voiture sur un panneau de circulation. Ce qui compte, d'ailleurs, c'est le cycliste. Le vélo lui-même est réduit à un simple trait. Mais tout le monde comprend.

10. Créon (Gironde), la femme en hiver. Dans cette bourgade d'Aquitaine se déroulera les 20 et 21 juillet l'Université populaire du vélo, organisée par le Club des villes et territoires cyclables. Le logo de cette association d'élus représente une femme, si l'on en croit la forme de sa coiffure, portant une écharpe, qui laisse penser que cette cycliste se déplace en hiver. Non, le vélo n'est pas un seulement sport qui serait pratiqué uniquement par les hommes et à la belle saison, semble dire ce dessin.

PS : le titre de cet article a non seulement été emprunté à Antoine de Saint-Exupéry mais aussi à Maxime Bourdier et Elsa Fayner, qui ont récemment publié sur le site de Rue 89 un article illustré de panneaux, qui s'intitulait "Dessine moi un ouvrier". Olivier Razemon