Aujourd'hui nous sommes le vendredi 20 mai 2022. C'est la fête de Saint Bernardin


Facebook

Home » Petites nouvelles » Halloween vs Toussaint
 

Halloween vs Toussaint

Halloween versus All Saints day

 

Choc des Civilisations , le match continue

C’est le match automnal de l’année : celui du chrysanthème contre la citrouille. Avec comme grand vainqueur – pour rester dans le domaine de la botanique – le marronier des articles dans la presse locale annonçant tantôt le déclin de la bonne vieille tradition française de la Toussaint, tantôt celui de la commerciale Halloween.

“Halloween has disappeared”, annonce La Voix du Nord, qui l’affirme d’emblée : “La fête américaine n’a plus la cote en France.” Verdict partagé par AngersMag.info, avec, entre autres exemples, cet argument massue : “Même chez le roi du hamburger, Halloween ne fait plus vendre.” Adieu, donc, les déguisements de sorcières, les toiles d’araignée en vitrine des magasins et le “trick or treat” lancé par les enfants en quête de friandises ? Seul Sud-Ouest fait de la résistance : “Halloween semblait connaître, paraît-il, une certaine désaffection en France ces dernières années, contrairement aux pays anglo-saxons où elle continue à être largement célébrée. (…) Pourtant, aucun désamour n’a été observé à Hourtin, en ce dernier samedi du mois d’octobre !” 

Hormis le cas d’Hourtin, Halloween semble donc en perte de vitesse. D’autant que sa rivale catholique connaîtrait, elle, un regain d’intérêt. Pour Le Journal de Saône-et-Loire, “la Toussaint résiste au temps”. Même conclusion du côté de L’Est Eclair, qui estime seulement que la fête peine à séduire les jeunes générations. “Si à l’âge de 20 ans, la Toussaint évoque plus les vacances que le souvenir des défunts, la tradition demeure néanmoins : ‘Vers 40 ans, les personnes repassent nous voir’, témoigne Joël Brun”, le fleuriste interrogé par le journal.

Un décalage de générations que pourraient contribuer à effacer les sites Internet dédiés aux morts, de plus en plus nombreux sur la Toile. Le site belge Le Soir propose un panorama de ces “cimetières virtuels”, sur lesquels l’internaute peut rendre hommage aussi bien aux célébrités disparues qu’à ses animaux de compagnie.

Pourquoi achète-t-on des chrysanthèmes à la Toussaint...? Traditionnellement en France, le chrysanthème, sert à orner les tombes des cimetières en souvenir des morts. Fleur de saison résistant bien au gel, elle représente pour les catholiques, "le symbole de la paix et de la résurrection".

Mais au-delà du symbole religieux, c'est aussi un marché lucratif. Il se vend chaque année 23,5 millions de chrysanthèmes en France dont 22 millions uniquement à la Toussaint pour fleurir les tombes.Un marché de plus de 170 millions d'euros.