Aujourd'hui nous sommes le mardi 25 juin 2019. C'est la fête de Saint Prosper


Facebook

Home » Petites nouvelles » Gaspillage alimentaire
 

Gaspillage alimentaire

Food waste

 

L'Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, jeudi 21 mai, trois amendements qui interdisent à la grande distribution de jeter leurs invendus.  Les moyennes et grandes surfaces, à partir de 400 m², devront désormais passer des conventions avec les associations afin de faciliter les dons alimentaires.

Selon le président de la Fédération française des banques alimentaires « Cet amendement renforce la solidarité qui était déjà présente entre distributeurs et associations. Nous travaillons avec près de 2 000 grandes surfaces, c’est notre principal contributeur. »  

Ainsi sur les 100 000 tonnes de denrées alimentaires que distribuent chaque année les Banques alimentaires, 35 % viennent des grandes surfaces. « Et il y a eu une progression de 10 % entre 2013 et 2014 », précise-t-il. 

C'est également une très bonne nouvelle pour l’association Le Chaînon manquant, qui fait le lien entre la grande distribution et les associations alimentaires. Pour son délégué général,  « ce vote contribue à mettre l’accent sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ça va permettre d’amplifier et de dynamiser un système qui existe déjà ».

Une obligation défavorable aux petites surfaces

Mais la Fédération du commerce et de la distribution (FCD)se soucie particulièrement des plus petites surfaces : « On sait bien que dans les grandes surfaces ça se passe bien, mais pour les plus petites, celles qui font entre 400 et 1 000 m², ça sera plus compliqué de respecter ces obligations. Elles se situent souvent en centre-ville, elles ont peu de produits qui peuvent être donnés et elles n’ont pas forcément d’entrepôt de stockage. »

Les associations demandent des moyens

Ces nouvelles obligations vont également demander une logistique accrue aux associations alimentaires. Ces dernières vont devoir s’adapter pour faire face à l’explosion des dons. Il va falloir assurer des moyens humains et matériels pour gérer ces nouveaux dons.

  • Jérémie Lamothe  Journaliste au Monde

Le Monde.fr | 22.05.2015