Aujourd'hui nous sommes le jeudi 18 août 2022. C'est la fête de Sainte Hélène


Facebook

Home » Petites nouvelles » Un cadeau qui vient de la Russie
 

Un cadeau qui vient de la Russie

A gift from Russia

 

ATTENTATS - La nouvelle a attristé de nombreux internautes. Une chienne d'assaut des policiers d'élite du Raid a été tuée mercredi 18 novembre lors de l'assaut antiterroriste mené à Saint-Denis. L'animal, un malinois âgé de 7 ans et qui répondait au nom de Diesel, "a été tué par les terroristes dans l'opération en cours", a indiqué la police nationale sur ses comptes sociaux.

"Les chiens d'assaut et de recherche d'explosifs sont indispensables dans les missions des opérateurs du Raid", a aussi souligné la police, déclenchant des dizaines de réactions sur Twitter. Un hashtag #‎JeSuisChien a aussitôt été utilisé, rencontrant un grand succès et dépassant largement les frontières françaises. Une émotion qui a également touché la Russie.

Ce vendredi 20 novembre, une semaine après les attentats qui ont fait au moins 130 morts à Paris et Saint-Denis, le ministère de l'Intérieur russe a ainsi annoncé sur ses comptes Twitter et Facebook que ses forces de police allaient offrir un chiot à leurs homologues françaises. Comme l'indique son message traduit en français et accompagné des hashtags #‎JeSuisChien et #JeSuisDiesel, l'animal choisi s'appelle Dobrynia.

Le chiot tire son nom de Dobrynia Nikititch, un chevalier médiéval célèbre en Russie, "qui est la personnification de la force, de la bonté, de la bravoure et de l'altruisme", explique le ministère. "Ce chien sera remis à la France en témoignage de la solidarité avec le peuple français ainsi que la police française dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", peut-on aussi lire dans ce texte qu'illustrent des photos du petit chien. 

"Pour confirmer notre solidarité avec les policiers français en ces tristes jours, je vous demande d'accepter de la part des policiers russes un chiot berger allemand qui pourrait remplacer le chien Diesel tué lors de l'assaut de Saint-Denis", est-il écrit dans la lettre.

www.lemonde.fr