Aujourd'hui nous sommes le jeudi 18 août 2022. C'est la fête de Sainte Hélène


Facebook

Home » Petites nouvelles » IVG: les frais remboursés
 

IVG: les frais remboursés

Abortion costs reimbused

 

Comme l'a annoncé Marisol Touraine le 15 janvier dernier, les frais liés aux actes qui accompagnent l'avortement seront remboursés intégralement dès le 1er avril 2016.

Depuis 2013, l'interruption volontaire de grossesse est intégralement prise en charge par l'Assurance maladie. Un remboursement à 100% qui, dès avril 2016, s'appliquera également à l'ensemble des frais qui accompagnent l'avortement (consultations, analyses, échographies...). C'est ce qu'a annoncé vendredi dernier Marisol Touraine, lors d'une visite dans un planning familial parisien.

L'occasion pour la ministre de la Santé de revenir également sur le Programme national d'action pour l'accès à l'IVG lancé en décembre dernier, dont les principales mesures devraient être appliquées d'ici l'été prochain. Parmi elles : permettre aux sages-femmes de réaliser des IVG médicamenteuses, supprimer le délai de réflexion d'une semaine - jusqu'alors imposé pour pouvoir avorter - et permettre une meilleure offre de proximité afin de palier à la fermeture des 130 centres pratiquant l'IVG de ces dix dernières années.

Le gouvernement entend également améliorer l'information autour de l'IVG, en permettant un meilleur accès au site ivg.gouv.fr depuis Google et en mettant en place un numéro national d'information (0800 08 11 11) anonyme et gratuit. Une mesure qui répond à un besoin d'information important, comme en témoignent les 2 000 appels reçus chaque mois par le numéro national depuis son lancement fin septembre 2016. 

Un programme de grande ampleur, qui ne manque pas de faire réagir parmi les anti-avortement. Mgr Aillet (Évêque du diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron) s'insurgeait ainsi la semaine dernière sur Twitter : "L'Etat prétend protéger les citoyens contre Daech et s'engage dans une campagne pro-IVG condamnant des innocents à la violence : illisible !". Des propos auxquels l'humoriste et chroniqueuse Sofia Aram a répondu avec brio hier sur France Inter.  

Par Mylène Wascowiski

www.lemonde.fr