Aujourd'hui nous sommes le mardi 28 juin 2022. C'est la fête de Sainte Irenee


Facebook

Home » Petites nouvelles » Le salaire mensuel -pour ou contre
 

Le salaire mensuel -pour ou contre

Monthly wage - for and against

 

Et si la meilleure manière de bien gérer son budget était de recevoir son salaire en plusieurs fois, au fil du mois ?

L’idée semble séduire une partie des Français, d’après une étude. Un tiers souhaiterait être payé au moins deux fois par mois. Chez les moins de 35 ans, la proportion monte à 62 %. Si les ménages recevaient leurs salaires en deux ou trois fois, ils pourraient mieux gérer leur budget mensuel et éviter de se retrouver à découvert dès la première quinzaine.

Plusieurs obstacles empêchent cette pratique dans l’Hexagone. Le Code du travail, d’abord. Il impose la mensualisation pour que le salaire soit ainsi versé « une fois par mois », toujours à la même période. En revanche, le salarié peut demander un acompte, qui ne peut pas dépasser la moitié de son revenu mensuel. Cette alternative peut permettre d’éviter le découvert ou de souscrire un crédit à la consommation.

En revanche, pour les travailleurs saisonniers, temporaires, intermittents, l’employeur a l’obligation de verser la rémunération « au moins deux fois par mois ». C’est pour cela que des plates-formes étrangères, comme Uber, payent les livreurs et chauffeurs à la semaine voire au quotidien. C’est motivant, pour le particulier, d’obtenir le fruit de son travail quasi immédiatement.
 
Au-delà de la loi, l’autre frein qui empêche les entreprises de payer en plusieurs fois réside dans le coût que cela représenterait. Il s’élève entre 17 et 35 euros, par fiche de paie et par salarié, pour les seuls frais liés aux logiciels utilisés par les services de la société. À cela s’ajoutent évidemment les charges de postes supplémentaires dans les services RH pour tout gérer. Si vous devez multiplier le nombre de bulletins de salaire par deux, le coût devient trop important. L’entreprise ne s’y retrouve pas… mais le salarié non plus.

Victor Tassel  www.leparisien.fr