Aujourd'hui nous sommes le jeudi 18 août 2022. C'est la fête de Sainte Hélène


Facebook

Home » Petites nouvelles » Un nouveau président
 

Un nouveau président

A new President

 

Après cinq ans d'une "hyperprésidence" de crise, Sarkozy mord la poussière

Jusqu'au dernier jour, ses partisans ont voulu croire à un miracle. En vain. Au terme de cinq ans d'une "hyperprésidence" énergique mais souvent brutale, Nicolas Sarkozy a été battu dimanche, victime de son impopularité, de ses excès et de la crise.

Sans surprise, malgré une campagne virulente très marquée à droite, le chef de l'Etat le plus impopulaire de la Ve République a recueilli entre 48 et 48,2% des suffrages selon les estimations des instituts de sondages, devancé d'environ quatre points par François Hollande.

Avant même 20H30, le chef de l'Etat a reconnu sa défaite devant ses partisans réunis à Paris, les priant de respecter son vainqueur, qu'il n'avait pourtant pas épargné. "François Hollande est le président de la France et doit être respecté", a-t-il dit. "Ce soir, donnons la meilleure image de la France (...) d'une France qui n a pas de haine au cœur".

Trente et un ans après, la Bastille s'enflamme de nouveau

C'est là que le 10 mai 1981 la gauche avait fêté François Mitterrand, premier socialiste élu président sous la Ve République: dimanche, 31 ans plus tard, elle est revenue célébrer place de la Bastille la victoire de François Hollande.

20H00. Le visage du vainqueur apparaît sur l'écran géant, venant confirmer ce dont tout le monde se doutait depuis la fin de l'après-midi au fil d'informations de plus en plus précises sur les réseaux sociaux.

La clameur est immense sur une place aussi noire de monde que la rue de Solférino, devant le siège du Parti socialiste.

Toute la soirée, les fumigènes illuminent le Génie de la Bastille, des pétards crépitent, les drapeaux tricolores flottent au milieu de ceux du PS, du Front de Gauche, des écologistes, de l'Europe, de la Turquie, de l'Algérie...

Parmi les dizaines de milliers de personnes présentes, certains escaladent la colonne de Juillet, les barrières sont vite enjambées et la foule se presse vers la scène où se produisent des artistes "amis", Yannick Noah, Ridan, Pep's, Kassav... Aux premiers rangs, la pression est forte. Il faut plus d'une heure pour parcourir quelques dizaines de mètres.

"Hollande président!", "On a gagné! On a gagné!", scande la foule en attendant son champion, annoncé pour minuit.

ANIMATION – La victoire de Hollande en 3D, « La nuit des morts-vivants » version trader

Comment perçoit-on l'élection de François Hollande à Taïwan ? La chaîne NMA.TV a diffusé une reconstitution en 3D animée du sacre du socialiste pour expliquer à ses téléspectateurs les enjeux du vote français.

A l'annonce des résultats du scrutin, les pleurs coulent à flot et des banquiers se jettent de leur immeuble, alors que "pour la première fois depuis dix-sept ans (sic), un président socialiste est élu". Le François Hollande de synthèse y est présenté comme l'ennemi de l’austérité. Armé d'un pistolet laser, il prend en filature des hommes en costard-cravate pour leur dérober 75 % de leur richesse.

La chaîne taïwanaise n'oublie pas au passage les répercussions européennes d'une telle élection. Elle dépeint ainsi une chancelière allemande en pleine dépression, et un billet d'euro en arrêt cardiaque, que des médecins en blouse blanche tentent désespérément de réanimer. Pire, les anciennes monnaies des pays du Vieux continent sortent de leur cercueil pour un remake de "La nuit des morts-vivants" version trader.