Aujourd'hui nous sommes le mercredi 15 novembre 2017. C’est la fête de Saint Albert.


Facebook

Home » Petites nouvelles » Manifestation de policiers à Paris
 

Manifestation de policiers à Paris

Police Demonstration March

 

Treize jours après l’agression de quatre des leurs à Viry-Châtillon (Essonne), quelques centaines de policiers en civil se sont rassemblés vendredi soir sur le parvis de Notre-Dame, à quelques pas de la préfecture de police de Paris, avant de défiler rue de Rivoli.

D’autres rassemblements en soirée ont aussi eu lieu dans plusieurs villes de France : Marseille, Strasbourg, Calais, Orléans, etc.

Peu après 21 h 30, les policiers se sont rassemblés par petits groupes, sous la pluie, certains arborant leur brassard orange, et ont entonné la Marseillaise. A chaque sirène de police qui passait à proximité, ils applaudissaient. Peu avant minuit, les policiers ont rallié l’Hôtel de Ville, à quelques centaines de mètres de là, aux cris de « Cazeneuve démission »« Citoyens avec nous »« Français en colère » ou encore « La racaille en prison ».

Le mouvement n’a pas l’air de vouloir s’arrêter. 

Si la mise en scène des manifestations spontanées de policiers, organisées en pleine nuit dans les rues de Paris, ont pu surprendre les riverains, elles inquiètent également la majorité à l'approche de la présidentielle.

Voilà plusieurs nuits désormais qu'à Paris, Toulouse, Nice ou Marseille, des centaines de policiers descendent dans les rues. Ils veulent faire entendre leur colère, leur «ras-le-bol»face à des effectifs insuffisants et un manque de moyens, une politique du chiffre, des conflits internes qui rongent les organisations syndicales et un manque de considération de leur hiérarchie. Ces rassemblements spontanés font surtout écho aux différentes attaques dont des fonctionnaires de police ont été victimes ces derniers jours. D'abord celle, au cocktail Molotov dans le quartier de la Grande Borne, à cheval entre les communes de Grigny et Viry-Châtillon, le 8 octobre, qui a blessé grièvement un adjoint de sécurité. Puis celles de Bastia et de Mantes-la-Jolie, quelques jours plus tard.

Aux yeux des personnalités politiques de tous bords, les revendications de ces policiers sont légitimes. Mais certains, surtout à gauche, regrettent la manière dont les manifestations sont menées et mises en scène: ballets de policiers dans les rues en pleine nuit, en uniforme ou en civil, cagoulés pour certains; ballets de voitures banalisées et officielles sirènes hurlantes et gyrophares allumés sur les Champs-Élysées.

«Entre Pinochet et "The Walking Dead"»

À la vue de ce spectacle dans les rues de Paris, ou à la télévision, certains riverains et téléspectateurs se sont dits choqués. Sur Twitter, on décrit des scènes «surréalistes»,«hallucinant[es]», «entre Pinochet et The Walking Dead», de policiers défilant dans les rues en «réveillant la population» et appellant les gendarmes mobiles qui encadraient la manifestation illégale à les rejoindre dans le cortège.

Parmi ces réactions fortes, quand certains évoquent à demi-mot des faux airs de coup d'État, d'autres font davantage référence à une forme d'«impunité» des forces de l'ordre qui ont pu se livrer à des manifestations interdites sans être inquiétés par les gendarmes mobiles qui encadraient les rassemblements. Un «deux poids/deux mesures» qui interpelle donc ceux qui ont été témoins ou au cœur des heurtsparfois violents qui ont émaillé, ces derniers mois, les manifestations contre la loi travail.

Pour Arnaud Houte, maître de conférence à La Sorbonne et historien de la police, la peur ou, tout au moins, la surprise ressenties à la vue de ces manifestations «sauvages» répondent à d'autres facteurs symboliques. «Qu'ils manifestent cagoulés, masqués, c'est lié à leur devoir de réserve et à des contraintes réglementaires, mais il y aussi là une volonté de mise en scène. Mais, ce n'est pas spécifique à la police, prévient-il. Mettre en scène une manifestation, faire le spectacle, des happenings, c'est quelque chose que l'on peut rattacher aux transformations de la manière de manifester et général et qui s'oberserve également dans d'autres professions».

http://www.slate.fr/