Aujourd'hui nous sommes le mardi 16 avril 2019. C'est la fête de Saint Honore.


Facebook

Home » Petites nouvelles » La Guerre de la mayonnaise
 

La Guerre de la mayonnaise

The Mayonnaise War

 

La guerre de la mayonnaise est déclarée

La recette de la mayonnaise : de la moutarde, de l'huile, du sel, et un oeuf, bien sur ! Faux répond une start-up américaine spécialisée dans les produits végétariens qui en produit une sans oeuf. Pour le géant de l'agroalimentaire Unilever, ce n'est plus de la mayonnaise. La bataille judiciaire s'annonce salée.

Peut-on vendre de la mayonnaise sans oeuf ?  En Californie, la start-up Hampton Creek en a fait son coeur de métier. Depuis un an, elle commercialise "Just mayo", une sauce dont l'ingrédient principal, à savoir l'oeuf, a été remplacé par un substitut végétal composé d'une dizaine de plantes.

Mais la jeune entreprise est accusée de publicité mensongère et de concurrence déloyale : de la mayonnausaise sans oeuf n'aurait pas le droit d'en porter le nom. C'est de moins ce qu'explique le géant de l'agroalimentaire Unilever qui a décidé de porter plainte contre Hampton Creek.

Pour sa défense, la star-up soutient qu'il s'agit d'une sauce et pas de mayonnaise à proprement parlé. Sauf que Unliever a fait une étude marketing auprès de consommateurs en leur demandant s'ils associaientt "Just Mayo" à de la mayonnaise. La réponse est "oui" pour une grande partie du public interrogé. Ce sera donc à la Cour suprême du New Jersey de trancher ce litige.

David contre Goliath

Cet affrontement judiciaire entre Hampton Creek et Unilever n'est pas une première. D'autres petites entreprises se sont déjà frottées par le passé à des mastodontes de l'économie. Retour sur ces litiges qui rappelent le combat entre David et Goliath.

1. Royal de Luxe attaque Coca-Cola - En juin 2014, c'est la troupe de théâtre Royal de Luxe qui attaque le géant américain du soda Coca-Cola. La firme se serait largement inspirée des marionnettes géantes de la compagnie pour l'une de ses campagnes publicitaires. Cette dernière demande des dommages et intérêts "importants", selon l'avocat de la troupe, qui n'en a pas précisé le montant, au groupe américain. Le numéro 1 mondial des boissons non alcoolisées est poursuivi pour "parasitisme".

2. Candy Crush Vs Bubblies - En mai 2014, l'éditeur de jeux King, une multinationale valorisée à plusieurs milliards de dollars, s'en prend à un groupe de rock toulousain, les Bubblies. Raison invoquée, le nom se rapproche trop de Bubble Witch, le nouveau jeu que s'apprêtent à lancer les créateurs de Candy Crush.
« Leur but est de nous déposséder de notre nom » explique le groupe sur son compte Facebook. « Nous allons avoir besoin de vous pour ne pas laisser une fois de plus une grosse multinationale s'essuyer les pieds sur un petit groupe de rock ... Ce combat s'annonce difficile mais il a du sens ».
Finalement pas si difficile, puisqu'au bout de deux jours, les Bubblies annoncent fièrement leur victoire sur les réseaux sociaux. « On a gagné en deux jours haha ! Grâce à tous vos soutiens ! Ce qui prouve que l'union fait toujours la force ! Même face aux géants ! Merci !!!! »

3. Apple Vs Lion - En 2011, Apple lance son nouveau système d'exploitation baptisé Lion. Problème, la marque est déposée par une entreprise française d'effets visuels destinés à l'informatique. Cette fois, c'est la PME française qui attaque la marque à la pomme. Le conflit mettra des années à être résolu et s'est terminé par un accord à l'amiable entre les deux entreprises. Apple a  versé 50.000 euros aux Français.

4. MGM Vs MGM - En 2000, la prestigieuse major d'Hollywood MGM (Metro-Goldwyn-Mayer) décide d'attaquer une société familiale basée à l'Alpe d'Huez. La raison ? Elle s'appelle aussi MGM pour « Michèle-Gaston-Michèle » et arbore deux lions, signe astral du fondateur. Mais pour l'entreprise américaine, dont le logo est un lion rugissant, la confusion est intentionnelle et le procès inévitable.   Et c'est l'entreprise Française qui remporte le bras de fer et gagne le droit de garder ses lions et son nom.

5. Abba VS ABBA - En 1974, l'entreprise Abba Seafood, une conserverie de poissons suédoise, attaque le groupe de musique ABBA pour l'utilisation de cette marque déposée. 
A cette époque, le célèbre quatuor est en plein boom et l'entreprise est submergée de coups de fils d'admirateurs, espérant parler avec les stars de Mamma Mia. Le conflit se résout finalement à l'amiable.« Finalement, nous pouvons dire que cette similarité a été bénéfique pour Abba comme pour ABBA » affirme aujourd'hui la société.

Par   https://fr.news.yahoo.com