Aujourd'hui nous sommes le mercredi 10 août 2022. C'est la fête de Saint Laurent


Facebook

Home » Petites nouvelles » Yaourtgate
 

Yaourtgate

Yogurtgate

 

www.atlantico.fr  annonce :

Le « cartel des yaourts » est condamné à 192,7 millions d’euros d’amende pour avoir comploter sur les prix. Seul grand nom des produits frais à en réchapper : Yoplait qui a dénoncé l'entente auprès de l'Autorité de la concurrence en 2011.  Si le groupe a bien participé aux réunions secrètes d’entente sur les prix et les marchés, il a été exempté de sanctions pour avoir dénoncé le cartel auprès de l’Autorité de la concurrence en 2011.


Jean-Michel Normand commente

Les industriels du yaourt se sont concertés pour faire avaler des hausses de prix à la grande distribution.

Avant, je le consommais sans trop y prendre garde. Maintenant, je le considère avec une once de suspicion. Au terme de quelles vicissitudes, de quelles inavouables manœuvres, ce yaourt qui joue les innocents est-il arrivé sur ma table ? Le récent démantèlement du « cartel du yaourt » jette l'ombre d'un doute. L'Autorité de la concurrence, on le sait, avait déjà sévèrement sanctionné le gang du shampooing et dévoilé un complot ourdi par les marques de lessive.

Mais de là à imaginer qu'il y avait des brebis galeuses dans le yaourt grec. Révélation à peine imaginable d'un côté obscur au rayon frais, ce « yoghourtgate » tient du film d'espionnage laitier. Selon les premiers éléments de l'enquête, les industriels se sont discrètement concertés pour faire avaler des hausses de prix à la grande distribution (ce qui n'est pas rien) pendant une demi-douzaine d'années.

Déterminés à devenir les maîtres du monde du yaourt, les conspirateurs l'ont joué fine. Rencontres au sommet dans des hôtels de seconde zone, carnets secrets, utilisation du téléphone de leur épouse pour passer les appels plus discrètement. Pour brouiller les pistes, peut-être même se sont-ils attribué des pseudonymes : Petit-lait, Câlin, Taillefine, Fraise des bois, Fruit de la passion, Flamby…

Comme souvent entre conjurés, l'ambiance a fini par virer à l'aigre. Pas d'échange de coups de feu mais peut-être quelques jets de matière grasse et tirs de crème brûlée. Le maillon faible du cartel semble avoir été le groupe Yoplait, qui, le premier, a vendu la mèche, histoire de ne pas avoir à payer plein pot la sanction promise. Désormais, on ne regardera plus de la même manière ceux qui se présentent comme « nos amis pour la vie ». Il y a intérêt à ce que tout soit réglo du côté des Apéricube, du flan pâtissier, des berlingots Nestlé et du fromage à raclette.

Jean-Michel Normand www.lemonde.fr  06.03.2015