mar

Aujourd'hui nous sommes le mercredi 27 octobre 2021. C'est la fête de Sainte Emeline


Facebook

Home » Blog » sadfrog le 9 avril 2020
 

sadfrog le 9 avril 2020

 

On pourrait croire que la pandémie de coronavirus rendra l’humour plus difficile, mais les journaux et les réseaux sociaux  de l'ouest n'en manquent pas.

Leur philosophie : « Avec le strict respect du confinement et des gestes barrière, un peu d’humour décuple nos forces pour résister au coronavirus. », 

Neanmoins, plusieurs pays ont décidé de punir les personnes qui se permettraient de plaisanter autour de la maladie.

L'Asie ne rigole pas avec le corona.

La présidente de Taïwan, Tai Ing-wen, a même fait savoir sur son compte Facebook que quiconque se permettrait de faire des plaisanteries sur le Covid-19 serait puni.
La diffusion de fausses informations sur le virus est passible de trois ans de prison et d’une amende qui peut dépasser les 90.000 euros.

L’Inde s’attaque surtout aux « fake news » concernant le coronavirus. Dans l’Etat du Maharashtra, le gouvernement interdit toute fausse information susceptible de créer la panique ou de faire naître des rumeurs. 
Là aussi, contrevenir à ces règles peut vous exposer à des poursuites judiciaires.

En Thaïlande, les blagues autour du coronavirus sont réprimées, comme par exemple de se déclarer infecté(e) alors qu’on ne l’est pas vraiment. Dans un message sur Twitter, les autorités ont indiqué que ce genre de plaisanterie serait passible de prison ferme – jusqu’à cinq ans.