Aujourd'hui nous sommes le mercredi 10 août 2022. C'est la fête de Saint Laurent


Facebook

Home » Petites nouvelles » L'extinction des vitrines
 

L'extinction des vitrines

Lights out in shop windows

 

A compter du 1er juillet, les lumières vont devoir s'éteindre pour économiser de l'énergie...

Redonner leur place aux étoiles et... alléger un peu la facture d'électricité. L'extinction des vitrines, magasins, bureaux et façades de bâtiments (monuments, écoles, mairies) devient obligatoire la nuit à partir de lundi, avec des dérogations possibles pour certaines zones touristiques et au moment des fêtes. C'est déjà très souvent le cas, mais c'est désormais une obligation légale: l'éclairage des façades des bâtiments non résidentiels, comme les monuments, mairies, écoles, gares, entreprises ou encore entrepôts, devra être coupé au plus tard à 01H00 du matin, en vertu de l'arrêté qui entre en vigueur le 1er juillet.

Idem pour les vitrines de magasins qui devront être éteintes entre 01H00 et 07H00 du matin, ou «une heure après la fermeture lorsque l'activité se poursuit après 01H00», indique le ministère de l'Ecologie. Enfin, les éclairages intérieurs des locaux à usage professionnel, au premier rang desquels les bureaux, devront aussi être éteints au maximum une heure après la fin de l'occupation des lieux. Ces mesures, qui ne concernent pas les bâtiments résidentiels, l'éclairage public ni les éclairages destinés à assurer la sécurité des bâtiments, se veulent d'abord pédagogiques, dit-on au ministère. Mais les contrevenants risquent jusqu'à 750 euros d'amende, les contrôles revenant aux maires et aux préfets.

Cette extinction des feux obligatoire devrait permettre d'alléger - un peu - la facture d'électricité: les économies espérées sont de l'ordre de 2 térawattheures (TWh) par an, soit 200 millions d'euros, selon le ministère. Mais elle doit aussi permettre de réduire la pollution lumineuse en ville, peu appréciée des animaux (migration et alimentation des oiseaux par exemple) comme des humains.

«Pas dramatique» pour les commerçants

Le texte prévoit en effet la possibilité de dérogations préfectorales pour la veille des jours fériés, pour les illuminations de Noël, lors d'événements locaux mais surtout «dans les zones touristiques d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente». Quarante-et-une communes sont concernées par ces exceptions, dont «la ville Lumière» (Champs-Elysées, Butte Montmartre, rue de Rivoli, Place des Vosges...), mais aussi le centre touristique de Marseille ou de Nice et le Vieux Lyon, avait indiqué le ministère lors de la publication de l'arrêté en janvier. L'obligation va ainsi s'appliquer «avec souplesse».

 Avec AFP 28/06/2013

Image : De gauche à droite et de haut en bas : les illuminations place de Gaulle, rue de la République, rue Saint-Ferréol, place Castellane.  P.MAGNIEN / 20 MINUTES